>>>Concours DORADE SURFCASTING été 2017<<<

CR08

Olivier nous régale en Vidéo

CR du 18 août 2017

« Les vacances d’été sont un moment que j’attends avec impatience car cela permet de choisir son créneau de pêche en fonction des différents paramètres de soleil, lune, marées (petites mais elles existent), direction et force du vent, direction et taille de la houle.

Je me disais en entamant mes 3 semaines : « tu vas bien en toucher quelques belles », même si le début de saison n’était pas très prometteur.

Que n’avais-je pas pensé… Capot sur capot avec une météo un peu capricieuse et quel que soit le moment choisi.

Un indicateur cette année : les petits métiers posent leurs filets beaucoup plus loin du bord que les années précédentes, un signe ?

Un autre de mes indicateurs : lors de mes plongées pour aller chercher quelques couteaux, très peu voire pas du tout de dorades.

Je n’ai eu leur compagnie que la veille de faire cette belle dorade, avec 3 ou 4 petites « doradines » que je nourrissais quand il m’arrivait de casser le couteau, qui ont été rejointes par 3 belles portions de 25-28cm (avec le masque sous l’eau, cela grossit un peu mais elles étaient belles), où la hiérarchie s’est imposée lors des séances de nourrissage (voir petite vidéo ci-desssous).

Quelques jours auparavant sur le spot fréquenté, j’avais remonté un couteau mordillé en fin de session et en enlevant les restes de chair et de coquille pour mettre le montage sur le plioir, surprise, car l’hameçon de tête (montage avec 2 hameçons dont un coulissant) avait été plié bien correctement (voir photo ci-dessous). Ah ? Quelques beaux spécimens sont présents ?

Olivier nous régale en Vidéo

Suite à ma récolte de couteaux de la veille donc, je me rends sur le spot vers 7H45, ce qui peut paraître tard, mais mes sessions précédentes au levant se sont soldées par des bredouilles… Pourquoi se lever si tôt…

Je rejoins un collègue de pêche que je connais car souvent à cet endroit, arrivé lui à 6h00. La question est posée, alors ? Rien…

Je m’installe tranquillement, il fait plutôt beau et pas trop de vent, légèrement nord-est, la mer ne bouge pas trop, c’est calme.

Je monte mes 2 cannes 3 brins de 4,20m avec plomb missile 125g couleur sable et bas de ligne 25/100eme au couteau entier pour l’une et plomb rond 80g couleur sable et bas de ligne 25/100eme au crabe en wishbone pour l’autre. Les hameçons utilisés pour les 2 sont des Sasame Chinu en taille 4.

Je lance mes 2 appâts, je tends mes lignes, en prenant soin de mettre un écureuil sur la canne au couteau, et un détecteur de touche sur la canne au crabe, car quand on discute, on perd un peu en concentration sur le regard porté sur le scion (l’activité étant aussi parfois trop calme… J).

20 minutes, je fais quelques tours de moulinets pour faire bouger les appâts, 30 minutes, pas de touche, je remonte les 2 lignes et les appâts sont toujours intacts, idem pour le collègue à côté de moi qui pêche avec 3 cannes avec mouron, ver américain.

C’est reparti pour un petit trempage des plombs de quelques dizaines de minutes. Il est aux alentours de 8h30.

Le temps passe, et on tape la discute. Je sors les jumelles pour voir où sont les balises des filets et ils sont bien loin. La mer est toujours calme, le vent change un peu d’orientation à l’est puis au sud-est et revient en nord-est. L’eau est moins trouble que les jours précédents où il y a eu un peu de houle de sud poussée par un vent marin.

On remonte nos appâts pour vérifier leur état. Mon couteau a souffert au lancer et je décide de le changer. Le crabe est mort mais je n’en ai plus beaucoup alors il fera encore bien l’affaire.

Et c’est reparti pour un lancer dans les eaux de notre belle méditerranée. Il est aux alentours de 9H00.

Je suis avec mon collègue derrière mes 2 cannes et nous continuons de refaire l’histoire de nos capots, avec des appâts grignotés, des petites se dit-on, le couteau entier nettoyé mangé sur place sans aucune vibration du scion…

Quand tout d’un coup, le scion de ma canne au crabe se plie sans déclencher l’avertisseur (?) ! Ni une, ni deux, je saisis la canne et je ferre, c’est pendu ! Elle est bien au bout, je vérifie le réglage du frein pour pouvoir la laisser combattre. Et là, des coups de tête de malade, je n’essaie même pas de la ramener, le scion hybrid jouant à plein son rôle d’amortisseur, le frein cliquetant de temps en temps pour lui laisser du fil. C’est bien lourd et cela faisait bien longtemps que je n’avais pas eu de telles sensations.

Enfin elle se calme un peu et je commence à la ramener, ce qui ne l’empêche pas de se remettre au combat dès qu’elle le peut, tentant de reprendre coûte que coûte du terrain. Elle est coriace et ne lâche rien !

Etant sur un épi, je suis sur un rocher en contrebas, mon salabre télescopique de 6m étant préparé pour la cueillir.

Mais la belle ne vient pas tout droit vers moi (trop facile).Elle se déporte complètement sur la droite, tentant d’aller se caler sous un rocher.

C’est là qu’il faut bien la brider pour la maintenir proche de la surface et éviter qu’elle tente de racler les roches pour couper le fil.

Elle est à environ 8 ou 10m sur ma droite et je la ramène le long de l’épi en espérant qu’elle ne trouve aucun point de repli. Elle m’a mené un gros combat et elle est assez fatiguée pour tenter une esquive ultime.

Je maintiens ma canne assez haute pour la garder à proximité, le scion pliant sous ses dernières tentatives, je prends mon salabre et je la cueille, elle est dans le filet !

La belle sera pesée à 1,490kg pour 46 cm.

Une chose est surprenante : elle n’avait rien dans l’estomac. N’ont-elles plus assez à manger dans  nos environs ?

Ce sera la seule touche de la session avec ce beau poisson à la clé.

Plus d’un an que je n’avais goûté à de telles sensations, comme quoi, il faut persévérer et continuer d’y croire ! ».

Quel bonheur de te lire à nouveau et de voir tes vidéos... Merci Olivier pour ce nouveau partage, je suis content que tu ais pu renouer le lien avec une belle dorade royale.

On arrive sur le meilleur de la saison (septembre-octobre), je suis certain que tu n'as pas dit ton dernier mot ;)

C'est toujours impressionnant et surtout très instructif de voir les dorades affamées qui se jettent sur les couteaux, j'adore tes vidéos.

Vive la mer, vive la pêche en mer, vive le surfcasting.

Tag(s) : #Vos Photos