Bonjour amis surfcasteurs.

A l'heure ou je publies ce compte-rendu les dorades sont en train de sortir en masse des étangs, ça joue des coudes à la pointe courte de Sète (drôle de coutume).

Il est donc l'heure, surfcasteurs, de sortir vos cannes en plage car tous ces poissons vont trainer en bord de mer au moins une quinzaine de jours avant de partir frayer et trouver un repos bien mérité. Si le temps se radoucit on pourra même faire de jolies dodos en plage languedocienne début novembre. Ensuite viendra l'heure du loup sur les coups de mer.

En parlant de jolis poissons, voici le récit de Romain de Montpellier qui a eu rendez-vous avec la lune :

"Il est lundi. Hier, sur les plages du grand travers, j’ai passé la fin d’après-midi à décrocher des dorades de 10 cm. Une bonne surprise en fin de session tout de même, j’ai attrapé mon premier turbot. Le petit est bien évidemment reparti dans son élément, mais j’étais ravi de pouvoir ajouter le turbot à ma (très courte) liste de poissons déjà pêchés.

J'ai rendez-vous avec la lune

Comme chaque lundi, je regarde un peu le planning et la météo de la semaine, pour essayer de trouver un compromis et pouvoir aller passer une soirée au bord de l’eau. Ça va être encore compliqué cette semaine ! Mais j’ai une brèche vendredi soir. Un coup d’œil à la météo, le vent du nord se calme en fin d’après-midi et doit se relever un peu plus tard dans la soirée. Je regarde alors le calendrier lunaire, et m’aperçois qu’il est très favorable ce jour-là, « 3 poissons » !

Mais je ne m’emballe pas, j’ai déjà fait des capots monumentaux avec cette même prédiction. Bon, bah y’a plus qu’à attendre vendredi, ça va être long ! En attendant je lis et relis les articles du blog, notamment ceux d’Olivier, qui me font sacrément saliver !

Le vendredi arrive enfin. Je file chez mon détaillant d’appâts, lui prends une dizaine de crabes verts, des couteaux frais et un petit ver de chalut. Il me reste également 4 ou 5 vers de sable de la dernière session, et quelques gros bibis congelés. Bref j’ai de quoi satisfaire ces belles pour une soirée prolongée.

J’arrive sur mon lieu de pêche vers 18h30. Premier geste, tout en faisant attention qu’on ne me voit pas car, moi qui suis assez cartésien, je n’assume pas totalement : j’embrasse la dorade sur le t-shirt dorade surfcasting. Je ne le faisais pas d’habitude, mais autant mettre toutes les chances de son côté, non ? :) A 19h, mes trois cannes sont installées : Montage coulissant (plomb blanc et vert) avec un crabe en wishbone sur la Sunset Solica, montage « à l’anglaise » (plomb couleur sable) avec un ver de sable sur la Sunset Eolica (avec le moulinet Grauvell gagné lors du concours !). Sur ma dernière canne, une canne décathlon de surf light que j’ai depuis des années et qui me sert à trouver des zones de pêche beaucoup plus courtes, je mets un montage avec un coulisseau pas discret du tout, un bas de ligne de 1m50 à tout cassé, sur lequel je mets un couteau entier avec la méthode d’Olivier. Je laisse le deuxième hameçon, coulissant, « caché » dans le couteau. Comme cette canne est un peu plus éloignée des deux autres, je mets une clochette sur le scion.

J'ai rendez-vous avec la lune

Sur les coups de 19h30, l’écureuil de la canne au ver de sable grimpe légèrement. Je la saisis, mais après contact avec le plomb, je vois qu’il n’y a rien au bout. Alors que je ramène la ligne histoire de voir si le ver est toujours là, j’ai toujours un œil sur ma canne au crabe. Mais à ma grande surprise, ce n’est pas au premier plan que les choses se passent. Je vois ma canne de surf light, en direct live, prendre une bonne touche qui fait retentir la clochette, puis dans la seconde qui suit mon moulinet se met à siffler, le poisson me prend facile 5 ou 6 mètres. Je pose la première canne et pose un sprint « boltien ». Je serre un peu le frein, prend contact et ferre. Yesss, il y est ! Ca bataille fort, je ne suis pas serein du tout car j’ai eu souvent des décrochés au couteau entier, et je me souviens bien évidemment de la grosse que j’avais décrochée en début de saison et qui m’avait tordu l’hameçon. La bataille dure un peu, surtout à l’approche de la berge. Mais je peux enfin l’apercevoir, c’est une magnifique dorade, mon record à n’en pas douter, moi qui n’ai jamais dépasser le kilo ! Je crois avoir lâché un « oh putain elle est belle ! » à moi-même, en la hissant sur le sable ! Ma soirée est d’ores et déjà réussie ! Elle fait à la louche une cinquantaine de centimètres, j’ai par contre aucune idée du poids sur le moment, n’ayant pas de peson. (pas encore, mais je connais une bonne adresse ! ) Elle accusera 1,55 kg pour 48 cm une fois rentré à la maison.

Pas le temps de l’admirer, même si dans la tête je suis comme un fou. Le soleil est en train de se coucher, je ne veux pas louper le coche alors je remonte illico un couteau, je ferais les photos après !

Dans les 5 minutes, ma canne au crabe frétille. Je ferre et ramène une dorade qui doit faire dans les 600g. Puis l’activité s’arrête, je décide alors de prendre quelques photos et de manger sur le pouce (désolé au passage pour la qualité des photos qui ne mettent pas en valeur le poisson).

J'ai rendez-vous avec la lune

Pas le temps de finir d’ailleurs, j’ai une belle touche sur le ver de sable. Je prends contact, ça a l’air lourd mais au bout de quelques secondes plus rien. Tant pis. D’ailleurs, je n’aurais pas le temps d’être déçu, car les touches s’enchainent. Je remonte sur la canne au vers de sable (puis ver de chalut et bibi) successivement un pageot, puis 2 dorades justes maillées, et enfin un marbré et un petit congre. Sur la canne au crabe, je ferais un sar et une dorade. A ce propos, j’aimerais en profiter pour vous demander si vous avez un dégorgeoir efficace, car je n’ai malheureusement pu laisser repartir correctement que deux dorades, alors que j’aurais aimé relâcher la quasi-totalité. Mais vu qu’ils avaient avalé (surtout les Sasame wormer pour le ver de sable), j’ai beau essayé de faire attention, j’abime souvent le poisson. Je suis donc preneur pour le dégorgeoir miracle !

Je n’aurais qu’une touche au couteau entier, sans suite.

Puis de nouveau une grosse touche sur la canne au ver. Je ferre, ça se bat bien, et je mets un bon moment, en pompant, pour ramener sur le bord, un gros congre qui faisait facile 6 kilos ! Il repart illico à l’eau, en plus ces bestioles me font flipper, sans doute à cause de leur ressemblance avec les serpents dont j’ai la phobie. Je me dis que si les congres s’y mettent, je vais pas tarder à plier… Vingt minutes plus tard, une touche sur la même canne. Rebelotte, c’est assez lourd, encore une saleté de congre. Je ne m’embarrasse pas trop et, je l’avoue, treuille un peu le poisson. Mais à ma grande surprise, une fois sur le sable, je m’aperçois que c’est une belle dorade, qui accusera 800 g !

Je pousserais une demi-heure de plus, et finirais par plier à 2h, je n’avais presque plus d’appâts. Un des derniers à plier parmi les nombreux pêcheurs ce soir-là.

Bilan de la soirée : 6 dorades toutes maillées (4 gardées), un sar, un pageot, un marbré (mon premier) et deux congres… Voilà une soirée bien agréable, ça m’a boosté pour un moment, moi qui commençais à me décourager par moment. J’ai enfin dépassé le kilo, et je vais essayer d’aller chercher la barre des 2 kilos avant la fin de la saison qui va arriver malheureusement très vite.

En plus je maitrise de mieux en mieux ma nouvelle Eolica, je kiffe cette canne et me surprend à envoyer des gros cachous avec ! Bref, j’ai passé une super soirée avec la lune!

J'ai rendez-vous avec la lune

Et quoi de mieux que de se régaler les papilles lors d’un repas de famille …"

J'ai rendez-vous avec la lune

Bravo Romain pour cette belle pêche, tu l'avais bien mérité celle-là après tes mésaventures...!

Le bisous sur la dorade du T-Shirt m'a l'air bien efficace, promis j’essaye la prochaine fois.

Pour l'histoire du dégorgeoir malheureusement cela reste compliqué de sauver une doradine qui a engamé jusqu'au ventre, mieux vaut couper le fil à ras de la bouche que de la charcuter. Il n'y a donc pas de solutions miracle, le mieux restant une longue pince en inox. Mon petit doigt me dit d'ailleurs que tu ne devrais pas tarder à la trouver sur la boutique Dorade Surfcasting.

Enfin merci pour la photo du turbot, cela fait toujours plaisir de voir la présence de ce type de poisson sur notre secteur.

Vive la mer, vive la pêche en mer, vive le surfcasting.

P.S.: ci-dessous voici un peson bien adapté à notre pêche (super rapport qualité prix) et la canne avec une grosse réserve de puissance que Romain commence à dompter...

Tag(s) : #Vos Photos